sexta-feira, março 19, 2010

Em francês é mais chique!

L'OM ne verra pas les quarts

Marseille s'est logiquement incliné (1-2) contre le Benfica ce jeudi en huitième de finale de la Ligue Europa, sur un but de Kardec (90e). L'OM est éliminé.
Le vent a tourné pour l'Olympique de Marseille. L'équipe de Didier Deschamps, qui avait égalisé dans les derniers instants du match aller (1-1), a cette fois concédé un but fatal exactement au même moment (90e). L'oeuvre d'Alan Kardec sur un corner mal dégagé. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette défaite n'a rien d'illogique.

Sans Valbuena ni Ben Arfa au coup d'envoi, laissés sur le banc au profit d'Abriel et de Brandao, la formation de Didier Deschamps a été beaucoup moins cohérente. L'exemple le plus frappant de cette incapacité à enchaîner deux passes correctes fut Fabrice Abriel. Jusqu'à sa sortie sur blessure (43e), l'ancien Lorientais a loupé tout ce qu'il a tenté : ses passes, centres tendus, dribbles ou corners, toujours trop longs ou imprécis. Baky Koné, qui l'a remplacé, a d'abord gêné la défense portugaise, avant de se faire museler par Coentrao.

Ben Arfa a craqué

En face, les Portugais profitaient de ces imprécisions pour récupérer le ballon facilement et enchaîner les occasions par Cardozo (24e) ou Di Maria (43e et 84e). Si l'OM n'a pas encaissé de but plus tôt, elle le doit en partie à un Stéphane Mbia impérial derrière, devant Di Maria (43) ou Saviola (64e). Une performance de tout premier plan qui ne va pas inciter Deschamps à le faire remonter d'un cran, comme il le demande...

Et ensuite ? Ensuite Mamadou Niang a jailli pour ouvrir le score contre le cours du jeu (70e). Les Marseillais pensaient avoir fait le plus dur, mais c'était sans compter sur Maxi Pereira, déjà buteur à l'aller. L'arrière droit du Benfica a égalisé d'une superbe reprise du droit des 30 mètres (75e), avant qu'Alan Kardec ne l'imite. Deux buts qui ont eu pour conséquence d'énerver passablement Hatem Ben Arfa, expulsé trente secondes après son entrée en jeu pour un coup de pied sur Javi Garcia. - A. D.

4 comentários:

António disse...

Quando os próprios franceses reconhecem, justamente, a supremacia do GLORIOSO, que dizer mais.
Efectivamente, fez-se justiça ao cair do pano.
É certo que o jogo poderia ter terminado mais cedo e aí permitiria aos jogadores do Benfica explanar em campo toda a sua real categoria, deixando os Marselheses ainda mais deslumbrados com a sua técnica.
Porém, desta forma, a vitória teve mais encanto.
Assim, só resta sonhar e acreditar que os Ingleses servirão de trampolim para alcançar Hamburgo, que fica ali tão perto…

Força Benfica !!!

sloml disse...

Isto foi escrito onde, Mantorras? Ou é da autoria aqui do blog?

Abraço

Bimbosfera disse...

Para os «avecs» aqui vai a minha mensagem:

Oui, oui! Benficá!!! Allez, allez!

Abraço

Márcio Guerra, aliás, Bimbosfera

http://Bimbosfera.blogspot.com

Mantorras disse...

Olá sloml, foi retirado do jornal on-line l'équipe.

Gosto de ler a imprensa do país dos adversários.

Abraço!